ODIS 59

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home Préambule

Préambule

Envoyer Imprimer PDF

 

Les « PODIUMS des MUNICIPALITÉS » sont nés en 1992, à l'initiative de quelques dirigeants de petites et moyennes entreprises en région lilloise. Ils souhaitaient connaître le bon usage des impôts et taxes – c’était le temps de la taxe professionnelle - qu'elles versaient en partie ou en totalité, directement ou indirectement à leurs communes.

Pourvoyeuses de fonds à usage public, il apparaissait et apparaît toujours légitime qu'elles portent une appréciation sur leur utilisation et la fassent connaître.

Dans le contexte persistant de crise des finances publiques, dont celles territoriales, et en raison de l'évanescence des représentations consulaires soumises aux diktats des pouvoirs publics, il est vital qu'un acteur impartial, de culture entrepreneuriale, se maintienne et se prononce sur la gestion, bonne ou mauvaise, des collectivités territoriales. Il y a œuvre de service public.


_ _ _

INTRODUCTION

LE PREMIER MAGISTRAT EST UN PERSONNAGE CENTRAL A PLUSIEURS FACETTES


IL Y A D'ABORD, LE GOUVERNANT

QUE L’ÉLECTEUR PERÇOIT CLAIREMENT EN LE SOUTENANT OU LE DÉJUGEANT PAR SON VOTE ET A QUI LES CONSEILLERS ELUS DONNENT UN QUITUS PLUS OU MOINS AMPLE.

nous constatons le degré du soutien qu'il obtient. C’est l’indice GOUVERNANCE.

IL Y A ENSUITE et SURTOUT, LE GESTIONNAIRE

QUE L'ÉLECTEUR ET LES ACTEURS ÉCONOMIQUES DE LA COMMUNE CERNENT MOINS AISÉMENT.

notre travail s'attache à affiner, à partir d'éléments de la comptabilité publique,  les contours de sa silhouette. C’est l’indice GESTION.

IL Y A ENCORE, LE SERVITEUR

DONT L'ACTION VISE A RESTITUER UN SERVICE OPTIMUM A SES ADMINISTRES, CONFORME AUX RESSOURCES DE SA COMMUNE ET A DES BESOINS UTILES RAISONNABLEMENT ESTIMES COMME TELS.

nous essayons de le traduire en chiffres, le plus objectivement possible. C’est l’indice SERVICE FINANCIER RESTITUE.

IL Y A ENFIN, LE STRATEGE

QUI S'APPUIE SUR CES TROIS COMPÉTENCES-CLÉS ET QUI - AU-DELÀ DES PROMESSES ÉLECTORALES - SOUCIEUX DU BIEN COMMUN, SAIT MIEUX QUE QUICONQUE, CONDUIRE SES ADMINISTRES SUR LES CHEMINS DU PROGRÈS.

nous proposons aux municipalités qui se distinguent au Palmarès par leur indice ATTIRANCE, de recevoir un Trophée décerné tous les ans, d'approuver ou de commenter une analyse succincte de leurs atouts et faiblesses, rédigée par les étudiants-stagiaires.

MAIS IL Y A AUSSI, LE PÉDAGOGUE

QUI OUVRE SPONTANÉMENT et IMMÉDIATEMENT SES SERVICES AUX ÉTUDIANTS-STAGIAIRES, AFIN QUE CEUX-CI PUISSENT DÉCOUVRIR ET APPRENDRE DU FONCTIONNEMENT DES COLLECTIVITÉS LOCALES OU TERRITORIALES.

Nous demandons aux municipalités de renseigner en ligne des données afin de créer les conditions favorables au travail d'analyse des stagiaires et par lui, d'accepter un dialogue formateur.

La qualité de cette participation spontanée est cotée par les étudiants. C’est l’indice PARTENARIAT PÉDAGOGIQUE.

 

_ _ _



NÉANMOINS

1. NOUS SOMMES BIEN CONSCIENTS QUE LES SEULS CHIFFRES SONT IMPROPRES A RENDRE COMPTE DE LA RÉALITÉ SOCIALE, CULTURELLE, ÉCONOMIQUE, ÉCOLOGIQUE ET HISTORIQUE D'UNE COMMUNE

2. Il faut être extrêmement prudent quand il s'agit de comparer les ratios financiers d'une commune.
Les positions sont influencées par les caractéristiques et le volume de population.

3. Les Maires ont obtenu des lois de décentralisation plus de responsabilités et de pouvoirs de décision, ce qui suppose des contrôles à posteriori. Il est normal d'apprécier leur qualité de gestionnaire, de gouvernant et de serviteur, dans le cadre du principe fondamental de subsidiarité.

4. Les Maires, dont on exige plus de rigueur dans leurs décisions, doivent continuer à évaluer avec précision la désirabilité de leurs dépenses.
La centralisation ayant eu pour effet pervers de compresser leurs ressources, ils doivent maintenant gérer avec finesse les charges financières qui résultent de nouvelles compétences redistribuées par l’État.

5. Notre comparatif et les lettres d'observations des Chambres Régionales des Comptes dont nous assurons la vulgarisation, peuvent soulever des questions et susciter le débat public.

6. Bien qu'absentes aux premiers rangs des différents indices, certaines communes se distinguent par une qualité constante de leur gestion.
Ce sont celles qui, à l'image du sport, seraient régulièrement au pied du podium ou compteraient parmi les finalistes (Top 5 ou 10)
Il faut également prendre en considération, les communes de bas de Palmarès, à petits budgets, à faibles ressources, qui cachant ou pas, leurs difficultés, jouent la fière transparence et se battent quotidiennement contre un environnement socio-économique hostile. Chez elles aussi, la gestion peut être de qualité.

7. D'autres, inopportunément, continuent à se distinguer par la persistance de ratios discordants. Certains endettements, en l'absence d'une réduction draconienne des dépenses de fonctionnement (charges de personnel) ou d'équipement, exigent une pression fiscale élevée. Cette situation risque de devenir particulièrement pénalisante, depuis la perte de la maîtrise des ressources directes prélevées sur l'entreprise.
L'état des finances de l’État a pour conséquence une perte de ressources en dotations ou subventions pour les collectivités.
Les Podiums aident dans un dossier « DOTATIONS » à en évaluer les conséquences et dangers.

8. Nos analyses prouvent que la qualité d'une gestion n'est pas tributaire d'une étiquette politique. Font la différence : la qualité et l'unité des hommes (le Maire, les collaborateurs dont il s'entoure) ainsi que le rejet de toute utopie. L'indice GOUVERNANCE, émanant des différents scrutins, les mesure.

9. Les ratios GESTION de chaque commune, sont la somme de leurs chiffres (budget principal) et de ceux du groupement de communes (budget principal) auquel elle adhère, repris au prorata de la population de la commune. Elle donne aux administrés, une vue nouvelle et pertinente des charges comme des produits ainsi que des besoins en recettes fiscales.

10. Les communes de moins de 10.000 habitants de la Région, ne sont pas reprises, en raison de leur nombre trop important (1.465 env.), sauf participation volontaire de quelques-unes approchant 10.000 habitants. Elles concourent d'ailleurs avec brio.

11. Les "PODIUMS des GRANDES VILLES"- initiés en 2011 - acquièrent depuis 2015 une pertinence certaine, avec 4 années de données utilisées pour les calculs.

François DEBOOSERE
Président-Fondateur

Patrick VANKEERSBILCK
Directeur Technique
Maître de stage